Sous un même ciel étoilé, dans la diversité des villes qu’ils traversent, différents destins se croisent et résonnent les uns avec les autres…

Mame Amy a une cinquantaine dʼannées, dont vingt-cinq passées à Little Sénégal, le quartier sénégalais de New York. Elle y tient une boutique et élève seule son fils Thierno, 19 ans, depuis que son mari lʼa quittée pour prendre une seconde épouse à Dakar. Elle est indépendante, gagne bien sa vie, et entretient à distance sa mère et les familles de ses frères et sœurs qui jugent pourtant avec sévérité la femme libre quʼelle est devenue.
À lʼoccasion des obsèques de son mari, Mame Amy va rester plusieurs semaines à Dakar, et retrouver les siens. La ville a changé. Pas sa famille. En quittant le Sénégal, elle a créé une distance définitive avec sa culture dʼorigine. Mais Mame Amy ne regrette rien. Pour elle, l’exil est synonyme dʼémancipation et de réussite sociale.  Son fils sera un Américain.

Thierno, justement. Pour lui, ce voyage est fondateur. Il a très peu connu son père et souffre plus de cela que du deuil proprement dit. Cʼest le Sénégal, dans tout son exotisme, son exubérance, sa violence, son étrangeté, quʼil va découvrir. Des questions le traversent. Est-il américain ? Africain ? Cette famille est-elle vraiment la sienne ? Que peut-il partager avec ses frères et sœurs nés de la seconde union de son père ? Les amitiés entre Africains et occidentaux sont-elles toujours intéressées ? Et s’il restait au Sénégal, aurait-il enfin l’impression d’être de quelque part ? Jamais très loin de lui, sa mère veille au grain. Le «retour au pays natal» ne se fera jamais avec son accord, et certainement pas avec son argent.

Autour de Mame Amy et de Thierno gravitent à Dakar plusieurs personnages qui expriment, chacun à leur manière, un point de vue sur lʼexil. Rokhaya, la sœur de Mame Amy, est viscéralement attachée aux traditions. Le départ de sa fille aînée, Sophie, vingt-deux ans, pour Turin en Italie où vit son mari Abdoulaye, l’inquiète. Charles, son mari, se désole surtout de voir les plus diplômés quitter le Sénégal. Dior, une de leur fille, ne rêve que dʼAmérique…

Sophie, par exemple. Cela fait deux ans quʼelle a épousé Abdoulaye. Aujourd’hui, elle part le rejoindre à Turin. Elle nʼa quʼun visa de touriste, quʼelle espère convertir en carte de séjour… Mais rien ne va se passer comme prévu. Abdoulaye a quitté lʼItalie pour travailler sur un chantier en France. Nul ne sait quand il reviendra. Son appartement est occupé par plusieurs femmes venues de différents pays d’Afrique, cohabitant sous lʼautorité de Rose, qui tient le salon de coiffure en bas de lʼimmeuble. Dʼabord contrariée par lʼarrivée de Sophie, Rose lʼencourage à profiter de ce séjour pour sʼémanciper et apprendre lʼitalien. Ce que Sophie ne saura jamais, cʼest que Rose est la maîtresse dʼAbdoulaye, et quʼelle souffre autant quʼelle de son départ, sinon davantage.

Au cours dʼalphabétisation, sa professeur, Ada, se prend dʼamitié pour la jeune fille et lui propose de la loger. Après un moment d’hésitation, Sophie finit par aller vivre chez Ada, où elle fait la connaissance de Vadim, un jeune immigré ukrainien qui loue lui aussi une chambre chez Ada…
Trois mois plus tard, son visa va expirer et son mari nʼa toujours pas réapparu, mais Sophie a changé. Elle a goûté à lʼamour et à lʼindépendance. Quel sera son avenir ? Et où ? Au Sénégal ? En Italie avec Vadim ? Et quelle sera la réaction de ses parents ? Abdoulaye introuvable, elle ne peut divorcer.

Si Abdoulaye est introuvable aux yeux de Sophie, il nʼen est pas de même pour nous. En parallèle avec les parcours des uns et des autres, nous suivons les tribulations dʼAbdoulaye à New York, où il vient dʼarriver, avec son cousin Serigne, par lʼintermédiaire dʼun réseau. Ils dorment dans un foyer, et travaillent dans des entrepôts. Une partie de leur salaire sert à rembourser leurs passeurs. Mais Abdoulaye souffre. Il a lʼimpression dʼêtre transformé en bête de somme, et soupçonne Serigne de le voler. Un jour, à bout de nerfs, il se bat avec son cousin, et quitte les entrepôts. Après une nuit dʼerrance dans New York, il se réveille accablé. Que faire ? Il décide d’aller demander de l’aide à la boutique de la tante de Sophie,  au cœur de Little Sénégal…
En l’absence de Mame Amy, la boutique est tenue par de ses meilleurs clients, un vieux Sénégalais, Sidney « Poitier » Sy.  Sidney se prend de compassion pour Abdoulaye, dans lequel il se reconnaît, à son arrivée à New York, près de 40 ans plus tôt. Il lʼhéberge et le fait travailler à la boutique. Pour Abdoulaye, cʼest un peu dʼhumanité qui entre dans sa vie. Mais a-t-il la force de supporter autant de générosité ? Entre paranoïa, soif de liberté, et sentiment d’échec, sa vie est ailleurs, toujours ailleurs…

Director
Dyana Gaye
Screenplay
Dyana Gaye, Cécile Vargaftig
Costume Design
Stefania Berrino (Costumista per l'episodio italiano)
Altri credits
Federico Fusco (Location Manager). Pablo Cabello (Parrucchiere).
Cast and characters
Marieme Demba Ly Yaye (SOPHIE), Maya Sansa (ADA), Mata Gabin (ROSE), Andrei Zayats (VADIM), Mercy Lambert (ABEBI), Sabine Pakora (FANTA), Naïma Gaye (COCO), Giuseppe Peveri (L'AMI D'ADA), Ionita Ionela (ANIA), Khady Mbaye (LA NOUVELLE RECRUE), Mazouz Barek (L'AGENT D'ENTRETIEN)
Production Director
Executive Producer
Executive production
GraffitiDoc (Torino)
Producer
Arnaud Dommerc per Andolfi Production
Co-producer
Centrale Electrique, Cinekap (Senegal) e MG Productions (Belgio)
Production
Andolfi Production (Paris, France)
Con il sostegno di Film Commission Torino Piemonte, dell’anticipo sugli incassi del CNC, della Fondazione Groupama Gan per il Cinema e del Fondo francofono di produzione audiovisiva del Sud e della Procirep.
Distribution
Haut et Court (nelle sale francesi)
Arredamento
Carlotta Desmann (Assistente Arredatore)
Assistente scenografo
International sales
Films Distribution
Festival - markets - events

Uscito nelle sale francesi il 29 gennaio 2014